• Clic clac Kodak !

    l'on découvre que "la photographie est le plus grand malheur du XXème siècle." (aïe)

     

    J'ai choisi aujourd'hui de mettre en ligne ces quelques extraits d'un livre de Thomas Bernhard paru en 1990 en France, après la mort de l'auteur, Extinction - Un effondrement.

    Je ne partage pas exactement les vues de Bernhard, mais tout ce qu'il écrit dans ce livre vous amène à vous poser des questions, enfin si vous vous intéressez à la photographie.

    Thomas Bernhard, Extinction - Un effondrement"La photographie est une falsification sournoise, perverse. Toute photographie, peu importe qui elle représente, est une atteinte absolue à la dignité humaine, une monstrueuse falsification de la nature, une ignoble barbarie.

    [....]

    Photographier est une manie ignoble qui atteint peu à peu l'humanité entière, parce qu'elle n'est pas seulement amoureuse de la déformation et de la perversité, mais qu'elle en est entichée et qu'en vérité, à force de photographier, elle prend à la longue le monde déformé et pervers pour le seul véritable.

    Ceux qui photographient commettent l'un des crimes les plus ignobles qui puissent être commis en rendant la nature, sur leur photographie, perversement grotesque.

    Sur leurs photographies, les gens sont des poupées ridicules, désaxées au point même d'en être méconnaissables, défigurées, oui, qui regardent d'un oeil effrayé leur ignoble objectif de façon idiote, repoussante.

    Photographier est une passion abjecte qui atteint tous les continents et toutes les couches de population, une maladie qui a frappé l'humanité toute entière et dont celle-ci ne pourra jamais être guérie.

    [....]

    Je n'ai encore vu sur aucune photographie un homme naturel, autrement dit un homme véritable et vrai, comme je n'ai encore jamais vu sur aucune photographie une véritable et vraie nature.

    La photographie est le plus grand malheur du XXème siècle. Jamais je n'ai été pris d'un tel dégoût qu'en regardant les photographies.

    [....]

    Avec l'invention de la photographie, donc avec le déclenchement du processus d'abêtissement, il y a bien plus d'un siècle, les capacités mentales de la population mondiale n'ont cessé de décliner.

    [....]

    Stupidement, l'humanité ne contemple plus aujourd'hui et depuis des décennies, rien d'autre que ces mortelles images photographiques et en est comme paralysée. Au tournant du siècle, penser ne sera plus du tout possible pour cette humanité."

    Thomas Bernhard, Extinction - Un effondrement, Gallimard, Paris, 1990

    Un complément ici (en anglais)

    Pour ma part, ces quelques phrases me permettent d'aborder des thèmes classiques comme les rapports que la photographie entretient avec la vérité et la réalité, surtout aujourd'hui, où le numérique brouille encore plus les pistes qu'avant. Et puis bien sûr, les problèmes que pose la démocratisation de cette pratique : puisque tout le monde manipule la même technologie qui se simplifie perpétuellement, quelle place est reservée aux images photographiques en tant qu'oeuvres d'art ?

    Quelle place lui donnez-vous, oui vous, dans votre vie ?

     

    « Saint-Cyr (tu seras une femme ma fille)Bibliographie »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :