• Niobé

    NiobéUne nouvelle visite au MBA de Lyon m'a permis de découvrir la Niobé d'André Masson qu'il a peinte en 1947,  du côté des collections permanentes du musée, dans les salles dédiées au XX° siècle.
    Le peintre a pris pour source Les métamorphoses, livre VI, 146-411  d'Ovide, texte que vous pouvez consulter ici. Pour résumer rapidement, Niobé offense les dieux en exprimant un peu trop fort sa fierté d'avoir donné naissance a 7 filles et 7 garçons, alors que c'est à Léto, mère de seulement 2 enfants (Artémis et d'Apollon) que l'on rend hommage. Ni une ni deux, les dieux punissent Niobé : Apollon grâce à son arc d'argent tue les 7 fils, puis Artémis de ses flèches tue les 7 filles. Juste après, le mari de Niobé se donne la mort de désespoir. Terrassée par le chagrin, Niobé ne peut enterrer ses enfants. 9 jours plus tard, les dieux, émus de ses larmes décident de la transformer en pierre qui laissera s'écouler une source intarrissable.

    Cet épisode de la mythologie grecque a déjà souvent été représenté, que ce soit dès l'Antiquité ou plus tardivement, par Johann König, Andrea Camassei, Anicet Lemonnier, ou par Merry Joseph Blondel.


    Mais ce qui différencie la Niobé de Masson des autres, c'est qu'ici elle est seule représentée sur la toile. On ne voit ni ses enfants, ni les dieux qui la punissent, ni ceux qui la changent en pierre. Tout juste les 3 couleurs primaires qui font face à Niobé suggèrent-elles des puissances premières.
    L'élément qui symbolise la mort de ses enfants, c'est la pointe de flèche, d'or  tachée de sang, qui pointe dangereusement vers le sol. Si le moment exact, l'action des dieux qui tendent les corde de leur arc,  n'est pas représenté explicitement comme c'est le cas dans les autres oeuvres, la pointe de flèche est le véritable instrument de mort de la scène. Entre elle et Niobé, des lignes sinueuses sont tracées, comme un mur invisible entre la mère et ses enfants qu'elle ne pourra pas sauver, comme une ligne de forces qui repoussent Niobé, dont le corps est arqué vers l'arrière, vers le spectateur qui peut voir ainsi son visage déformé par la douleur. Il peut aussi voir ses mains, l'une tournée vers le ciel dans un geste qui peut sembler repousser l'inévitable, ou alors signifier l'impuissance face aux forces en présence; l'autre est plaquée contre son visage, dans un mouvement de désolation ou peut-être appuyée sur son oreille pour ne plus entendre le vacarme de la mort autour d'elle.
    Les couleurs que Masson utilise pour modeler son corps et son vêtement sont également révélatrices de sa détresse : les gris, bleux et blancs mettent en avant la froideur des corps abattus, les rouges, violets ou roses sont autant de taches de sang sur elle. Les angles que forment ses membres ne sont pas anodins : le coude tendu vers le ciel, contraste avec l'arrondi de son dos et les formes souples de son habit, car si ses enfants sont morts, elle reste bien vivante.
    De nouveau interviennent les couleurs pour raconter le mythe : son corps gris est presque déjà tout de pierre, et pourtant ses larmes, qui lui attirent le pardon des dieux n'apparaissent pas. C'est que les taches de sang, celui de ses enfants, s'acompagnent de bleus aquatiques, comme le filet d'eau qui s'écoule d'une source. Enfin, le sol orangé et le ciel s'opposent à première vue. En fait si la terre semble bruler les pieds de Niobé, les cieux sont zébrés d'éclairs comme autant de colère qui s'abat sur elle.

    La particularité de l'oeuvre de Masson, c'est véritablement d'avoir saisi le noeud de ce mythe. En dépassant une présentation classique qui figure tous les protagonistes, le peintre met le spectateur seulement devant une Niobé qui à la fois traverse l'épreuve de la perte de ses enfants que rappelle la présence de la flèche, à la fois le moment juste après, celui du désespoir, et encore celui qui 9 jours plus tard la transforme en pierre.
    L'alliance du trait et des couleurs enrichit la position de Niobé qui est en mouvement, et encore plus celle des forces implacables qui s'opposent à elle. Les taches qui forment son corps sont réduites par les grands applats de couleurs uniformes qui l'entourent. La diagonale qu'esquisse Niobé est irrémédiablement brisée par le mur qui se dresse devant elle.

    Héroïne tragique, Masson fait de Niobé un être à part entière, qui n'est plus seulement une mère mais une femme orgueilleuse, responsable du drame qui l'accable et qui la change en pierre pour l'éternité, comme une injonction pour le spectateur à bien mesurer la portée de ses paroles et de ses actess. L'oeuvre restaure la portée originaire du mythe, récit fondateur qui s'il peut servir d'exemple, montre ici surtout l'exemple à ne pas suivre.

    (si vous aimez cette article, faites-le savoir en cliquant ci-dessus !)

    « Les ChaussonSi belle Sibylle »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :